viernes, 27 de marzo de 2015

Squelettes, monnaie et vaisselle du XVIIIe siècle au cœur de Londres

Trois mille squelettes ont été découverts dans l'ancien cimetière de Bedlam (bedlam signifie « chahut », « pagaille » et, par extension, « asile d'aliénés »), à proximité de la gare de Liverpool Street, au beau milieu des tours de verre du quartier des affaires de Londres. Une soixantaine d'archéologues sondent le site où reposent les dépouilles de personnes mortes entre 1569 et 1738. Etaient notamment enterrées dans le cimetière de Bedlam des familles qui ne pouvaient pas payer un enterrement religieux, des opposants politiques ou encore des victimes de l'épidémie de peste de 1665-1666.
A partir de 2018, le site accueillera le hall flambant neuf de la gare de Liverpool Street, qui recevra la nouvelle ligne ferroviaire du Crossrail censée désengorger le réseau de transports en commun londonien. Elle traversera la capitale britannique d'est en ouest, reliant notamment la City à l'aéroport de Heathrow. Un nouveau lieu doit accueillir ces dépouilles dans l'Essex, à l'est de Londres.
Les gigantesques travaux menés à travers Londres pour créer cette ligne ont déjà permis de mettre au jour plus de dix mille artefacts, pour certains anciens de plusieurs millions d'années.  D'ici au début du chantier ferroviaire, prévu pour septembre, les archéologues vont travailler sans relâche pour dégager les squelettes, ont précisé les responsables du chantier.
Grâce à l'étude de l'ADN, les scientifiques espèrent en apprendre davantage sur la dernière grande épidémie de peste à Londres alors que 2015 marque le 350e anniversaire de ce fléau qui décima l'Europe au Moyen Age. Un ancien registre répertoriant cinq mille des vingt mille personnes enterrées dans le cimetière de Bedlam a été publié sur le site Internet de Crossrail.
S'il est quasi impossible d'établir formellement l'identité des squelettes retrouvés, leur état fournit en revanche certains indices, explique Nick Elsden, le responsable des fouilles pour le musée d'archéologie de Londres. Quant à l'histoire du site de Bedlam, elle ne s'arrêtera pas au cimetière : les archéologues fouillent les couches plus profondes, retrouvant des éléments de vaisselle ou des pièces portugaises et d'autres objets datant des époques médiévale et romaine, avant de céder la place au chantier ferroviaire.

En savoir plus sur: Le Monde: http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/03/24/squelettes-monnaies-et-vaisselle-du-xviiie-siecle-au-c-ur-de-londres_4599841_1650684.html#MZaKTOwZXzEStO42.99

No hay comentarios: