domingo, 26 de octubre de 2014

L'art à l'époque wisigothique (France)

L'apport des Wisigoths, qui ont occupé notre région du milieu du Ve siècle au milieu du VIIIe siècle, apparaît bien maigre dans le domaine artistique. En dehors de quelques arcs outrepassés comme celui de Saint-Martin des Puits, on ne trouve pas de monument complet qui leur soit propre, et ils ont bien maladroitement entretenu la première enceinte de la Cité, qui leur était antérieure.
Chez ce peuple longtemps nomade, les manifestations artistiques relèvent de «l'art des steppes» et consistent en armes et en parures personnelles, fibules, bijoux et surtout plaques-boucles de ceinture en métal, avec souvent un décor cloisonné fait de verre de couleur ou de pierres semi-précieuses. Le champ de recherches essentiel de ces objets se trouve dans les sépultures, la conversion au christianisme de ces «Barbares» expliquant qu'ils aient remplacé l'incinération par l'inhumation dans des coffres en pierre couverts de dalles ou dans des sarcophages, où le défunt était habillé et paré.
Certains sites ont été étudiés à Carcassonne même, mais, à Villarzel-Cabardès, grâce à Louis Guiraud et à la Société archéologique de la commune, un musée rassemble de nombreux éléments caractéristiques de cette époque. Le «Mourel des Morts» a permis l'étude d'une quarantaine de tombes utilisées de la fin du Ve au VIIe siècle. Au demeurant, s'il s'agit bien de la période wisigothique, cela ne signifie pas nécessairement qu'il s'agisse d'une nécropole occupée entièrement par des Wisigoths, comme le montre l'exemple de Montferrand, où les morts sont de types variés et où on constate la coexistence de parures de tradition romaine avec d'autres typiquement germaniques, jusqu'à ce que la conversion au catholicisme entraîne le renforcement des influences romaine et byzantine.
En parallèle de ces prospections archéologiques, des légendes et des mythes sont nés, auxquels nous consacrerons un prochain article.
On consultera avec profit les travaux de D. Baudreu dans Aude, Ed Bonneton 1994 et d'A. Bonnery, La Septimanie, Lobatières, 2005.

LaDepeche.fr: http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/26/1979362-l-art-a-l-epoque-wisigothique.html

No hay comentarios: