sábado, 1 de marzo de 2014

La plus vieille ferme de Belgique s’expose (Belgique)

ATH - L’espace gallo-romain d’Ath propose une nouvelle exposition temporaire consacrée aux fouilles menées au zoning de Ghislenghien.
Au départ du périmètre du zoning industriel de Meslin/Ghislenghien, les fouilles archéologiques s’organisent en intelligence avec les travaux entrepris pour l’élargissement du zoning industriel.
Les terrains de fouilles sont mis à disposition par l’intercommunale IDETA. Avant d’être cédés aux entrepreneurs, les archéologues peuvent faire des recherches dans les terrains. Près de 150 hectares ont été investigués en 20 ans, et les fouilles continuent encore cette année. «Des fouilles sur un grand terrain facilitent la vue d’ensemble et la découverte de nouvelles constructions architecturales. Les indices retrouvés dans le sol permettent ainsi d’établir le mode de vie des paysans dans notre région à l’époque romaine» explique Karine Bausier archéologue et conservatrice du musée.
Les fouilles ont permis, jusqu’à présent, de découvrir une villa et une ferme gallo-romaine. Bien que moins nombreuses, les villas sont plus connues dans l’histoire gallo-romaine parce qu’elles étaient construites en matériaux durs et sont donc mieux conservées. Les fermes étaient construites en matériaux périssables et, par conséquent, rarement découverts lors de fouilles. «L’existence de fermes gallo-romaines étaient déjà connues grâce aux fouilles qui sont effectuées en France. Mais c’est la première fois que l’on en découvre une en Belgique. Cette découverte confirme l’idée de la diversité qui existait dans les régions rurales» explique Isabelle Deramaix, l’archéologue qui supervise les fouilles sur le chantier.
Grâce à ces découvertes, l’expo propose des nouveautés qui ne sont pas présentes dans le musée, notamment des objets en bois. Mais aussi des maquettes qui représentent ces fermes qui étaient présentes dans la région.
Placée dans le cadre des 25 ans de l’archéologie en Wallonie, l’exposition débute en illustrant toutes les techniques archéologiques entreprises sur le chantier de Ghislenghien.
Des photos, des plans et des vidéos permettent au visiteur de suivre le déroulement du travail sur le terrain. «Cela fait plus de vingt ans que nous avons travaillé sur ce chantier. Nous ne sommes jamais à l’abri des obstacles dus au climat et aux intempéries. Mais en général le travail s’est bien déroulé» ajoute Isabelle Deramaix.
La majorité de la collection se focalise néanmoins sur les trouvailles des fouilles. Les objets trouvés sont disposés de façon chronologique accompagnés de textes explicatifs. Mais l’expo ne se limite pas à un étalage de céramiques et de broches en métal. Des vidéos et des petites interactions sont prévues pour mieux s’imaginer la vie rurale à l’époque gallo-romaine dans la région.

ATH: http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20140228_00441088

No hay comentarios: