lunes, 4 de noviembre de 2013

Les recherches sur le site El Castillon révèlent une occupation plus dilatée dans le temps (Zamora, Espagne)


Les travaux archéologiques de l'été passé révèlent que le site de Santa Eulalia de Tábara a été occupé sur une période comprise entre le VIème siècle et le VIIIème siècle ap. J.-C.
 
Texte: José Pichel Andrés/DICYT
Traduction: Aurelie Verdon
 
La dernière campagne de fouilles archéologiques du village fortifié de El Castillón, à Santa Eulalia de Tábara (Zamora, Espagne), a révélé que ce site de l'Antiquité Tardive a été occupé sur une période plus longue que ne le pensaient les scientifiques jusqu'à cette heure. Les datations faitent auparavant situaient les derniers peuplement au Vème siècle, mais suite à la campagne du mois d'août 2013 les experts ont élargit la date de cette occupation sur une période comprise entre le VIème et le VIIIème siècle.
« Les travaux archéologiques ont eu lieu sur plusieurs zones, entre autre sur ce que nous tenons pour la zone métallurgique, où l'on a identifié de nouvelles structures et des niveaux lié à la production de fer » explique José Sastre Blanco à DiCYT, archéologue qui a co-dirigé la campagne de fouille avec Patricia Fuentes Melgar et Manuel Vázquez Fadón, tous trois membres du Projet de Recherche Archéologique Zamora Protohistoire.



Une aire d'habitation a aussi été mise à jour, et sa fouille a permis la découverte la plus importante de l'année. « Nous sommes intervenus sur l'habitation située dans l'espace central du site où l'on a enregistré des niveaux d'occupation postérieur à ceux connu jusqu'à ce jour, qui étaient du Vème siècle ap. J.-C. . Cette occupation plus tardive de l'habitation correspondrait à une période située entre le VIème et le VIIIème siècle » signal l'expert. L 'études qui se déroule actuellement sur le matériel permettra de dater l'habitation avec une meilleure précision.
Ce niveau d'occupation est en relation avec plusieurs foyers domestiques, qui ont été démontés et prélevés pour réaliser des analyses de paléomagnétisme et de thermoluminescence afin de connaître leur datation et savoir comment ils ont fonctionné.
Quant à la structure d'occupation de la zone Sud du village, « nous avons identifié une grande salle qui se trouve dans une habitation avec un sol formé de dalles d'ardoise » indique José Carlos Sastre. Cette nouvelle habitation fonctionne durant une occupation plus tardive du site en relation avec le mobilier qui est apparu, « ce qui nous indique que El Castillón a perduré plus longtemps que ce que nous croyions au début. »
 
 
Matériel rencontré
Parmi le mobilier le plus significatif rencontré lors de cette campagne, on retrouve des céramiques, dont se détachent certains exemplaires similaires à ceux de Cerro de San Esteban, situé au Muelas del Pan (Zamora), qui est aussi sur la rivière Elsa, eaux que l'on retrouve sous le site de El Castillón, avec lequel il garde de nombreuses similitudes. Ainsi, « on retrouve des parures comme des perles de verre, et un objet significatif, comme une petite pointe de javelot en fer, qui aurait été utilisé à des fins cynégétiques ».
 47 archéologues
46 archéologues ont participé au total pour cette dernière campagne de fouille, provenant des universités de Valladolid, Oviedo, Santiago de Compostelle, Malaga, Grenade, Castilla la Mancha, Rey Juan Carlos, León, Salamanque, Extrèmadure, Barcelone, Saragosse, l'université autonome de Madrid, « Complutense » de Madrid, Laén, Burgos, UNED, Coimbra (Portugal), Pize (Italie), Bordeaux III, et l'université British Columbia (Canada).
Le site de El Castillón a été fouillé cinq étés consécutifs entre 2007 et 2011. En 2012 la campagne n'a pu avoir lieu par manque de soutiens, mais cette année, Zamora Protohistorica a obtenu les fonds nécessaires pour reprendre les travaux grâce au « crowdfunding » (dons par internet). Avant de commencer la fouille, des travaux de magnétométrie ont révélé des structures enfouies, mais  il a été nécessaire de fouiller pour avoir de meilleures informations.
Cette enclave permet de mettre en avant les apports d'informations précieuses sur une période mal connu des historiens, l'Antiquité Tardive, à cheval entre l'époque Antique et l'époque Médiévale, spécialement dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique.
 
 

No hay comentarios: