jueves, 30 de agosto de 2012

La Loire, dessus dessous. Archéologie d'un fleuve (France)


Cette exposition dresse le bilan de 20 années de recherches menées dans le domaine de l'archéologie fluviale du bassin de la Loire et souligne les orientations actuelles de la discipline. Articulé en cinq séquences : La Loire du dessus, Plongée en Loire,«La rivière qui portait bateaux», L'encyclopédie du fleuve, L'archéologue et le fleuve, le parcours muséographique propose une lecture diachronique du paysage fluvial dans toute sa diversité. L’approche se veut pluridisciplinaire et se situe entre les sciences humaines et les sciences dites exactes, croisant le temps long des ères géologiques au temps court de la vie des riverains.
L’exposition « La Loire, dessus dessous. Archéologie d’un fleuve », fruit de trois années de travail, dresse le bilan de 20 années de recherches archéologiques.
Elle entraîne, du 15 juin au 30 septembre 2012, le visiteur dans une histoire aux temps multiples, de l’amont vers l’aval, du dessus au dessous, à la découverte d’une Loire sensible et méconnue. Grâce à une scénographie originale installée dans l’espace Diderot à Rezé, le visiteur plonge littéralement au cœur des vestiges engloutis : pieux de fondations de ponts romains, épaves de pirogues et de chalands naufragés et objets du quotidien emportés par les flots.
Une Loire sauvage ? Non, la Loire est au contraire et depuis longtemps façonnée par l’homme. Elle est riche de tous les usages qui en étaient faits par les populations riveraines : transport de biens et de personnes par bateaux, gués ou ponts, mais aussi pêcheries, moulins, tanneries et rouissage du chanvre.
Pour mieux comprendre les différents usages du fleuve, les archéologues se penchent depuis peu sur les vestiges et les traces dans le paysage restés sous les eaux, le limon, les bras morts et les berges du fleuve. Ce champ de recherche nouveau et méconnu du grand public, l’archéologie nautique ligérienne, mobilise toutes les méthodes et techniques de l’archéologie d'aujourd'hui. Elle confronte l’écrit aux « archives du sol »par le biais de prospections aériennes, de fouilles programmées et préventives, terrestres et subaquatiques, de sondages et de programmes de recherche.
C'est une approche pluridisciplinaire, impliquant géographes, palynologues, géomorphologues, ethnologues et archéologues-plongeurs, qui permet de sortir de la légende pour écrire l’histoire du fleuve : une histoire multiple qui traverse les âges.
Ce projet a fédéré les principaux acteurs liés à la protection et la valorisation de ce riche patrimoine culturel : les services régionaux d’archéologie des directions régionales des affaires culturelles des régions Bourgogne, Centre et Pays-de-la-Loire, le plan Loire Grandeur Nature, le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, l’établissement public Loire, les conseils régionaux de Bourgogne et du Centre et les conseils généraux de la Nièvre et du Loiret, fondant ainsi un partenariat interrégional exemplaire et original.
Cette exposition d’envergure nationale a commencé son itinérance en 2010 au musée de la Loire de Cosne-Cours-sur-Loire, puis l’a poursuivie en 2011 au musée de la marine de Loire de Châteauneuf-sur-Loire avant de faire escale dans l’estuaire en 2012. L’étape rezéenne tombe à point avec la toute récente découverte d’un exceptionnel quai antique monumental sur le site archéologique de Saint-Lupien. Une salle dédiée aux résultats des fouilles menées à Rezé depuis 2005 complétera cette exposition.
Cette exposition bénéficie d'un partenariat avec le musée départemental Dobrée, d'archéologie et d'histoire.
 

No hay comentarios: